Fearless Girl à Wall Street

Fearless Girl – Wall Street

La « Fearless Girl » défiant le « Charging Bull » de Wall Street

 

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’une oeuvre qui a beaucoup fait parler d’elle ces derniers mois. Depuis le 7 mars 2017, la statue de la « fillette sans peur » fait face au célèbre taureau de Wall Street à New York. Le message est on ne peut plus clair en ce début de mandant étasunien : affirmer la place des femmes, leurs droits dans la société et encourager la présence féminine dans les postes administratifs et financiers. Victime de vandalisme, vivement critiquée, cette statue a soulevé de nombreuses polémiques…

 

Installation

Pour commencer, revenons en arrière, en 1989 exactement, lors de l’installation du Charging Bull à Wall Street – littéralement « le taureau en train de charger ». Cette statue de bronze a été créée par l’artiste italiano-américain Arturo Di Modica et placée près de la bourse de New York après le krach boursier de 1987. Elle symbolise la force et la puissance du peuple américain et incarne les fluctuations de la bourse : les taureaux chargent du bas vers le haut. De plus, l’expression « bullish » en anglais signifie « hausse de bourse » – aaaaaaaah, d’où le Bull ; ma réaction en lisant ça… Bref, la statue a tout de suite eu beaucoup de succès et, encore aujourd’hui, attire les touristes. 28 ans plus tard, la Fearless Girl de Kristen Visbal est installée face au Charging Bull. La sculpture a été commandée par la firme State Street Global Advisors et son installation – la veille de la journée des droits des femmes – marque le début de leur campagne pour inciter les sociétés dans lesquelles SSGA investit à augmenter le nombre de femmes dans les conseils d’administration.

 

Admiration et polémiques

Fearless Girl a tout de suite fait polémique. L’artiste Arturo Di Modica explique qu’elle dénature son oeuvre. Pour le sculpteur du Charging Bull, le fait que la fillette ait été placée en face de son oeuvre change son message initial. Pour Arturo, le taureau, placé dans son contexte historique, est un message « de paix, de liberté dans le monde, de puissance, de pouvoir et d’amour » ; par conséquent la fillette retourne le message et fait passer le taureau pour une menace.

D’autres questions se posent, notamment autour du groupe SSGA qui a commandé Fearless Girl. Au départ, une plaque était affichée « Know the power of women in leadership. SHE makes a difference ». Sachant que SHE est un autre sigle pour désigner l’entreprise State Street Global Advisors, Arturo di Modica a déploré le fait que cette statue soit en réalité une simple publicité pour le groupe – mauvaise foi…? Certaines féministes ont aussi critiqué un « féminisme d’entreprise » qui irait à l’encontre de leurs principes féministes. Je vous avoue que je ne comprends pas trop pourquoi et que je trouve ça un peu capillotracté – j’adore ce mot.

Toutefois, beaucoup d’autres personnes ont admiré le message, et en premier lieu le maire de New York qui a rétorqué au sculpteur du Charging Bull : « Les hommes qui ne veulent pas que les femmes occupent l’espace constituent précisément la raison pour laquelle nous avons besoin de Fearless Girl. » Eh bim. D’un coté je comprends qu’Arturo di Modica veuille sauvegarder le message initial de son oeuvre – encore qu’à première vue je ne trouve pas que ce soit un message de paix, mais je n’étais ni née ni new-yorkaise en 1989 – mais de l’autre je trouve que la fillette porte un beau message. Un message encourageant pour les femmes mais aussi contre une forme d’agressivité bestiale que représente pour moi le monde financier. Le pôle boursier est surtout composé d’hommes, et cette statue – temporaire, je le rappelle – a donc tout à fait sa place à Wall Street !

 

Stupidité bonjour

J’aimerais revenir sur l’acte d’un « artiste » qui, pour montrer son soutient à Arturo Di Modica, a lui aussi voulu détourner le message de Fearless Girl : il a placé la statue d’un chien urinant sur la fillette – hum. Je suis d’accord avec le fait qu’on ne soit pas d’accord avec l’installation de la statue de la fillette, mais je ne pense pas que l’humiliation soit une bonne solution. Même si on est pas d’accord, on ne peut pas nier le message que cette statue porte, message qui pour moi est positif. A quel moment uriner sur quelqu’un est une quelconque forme de message à part « je te chie littéralement dessus » ? Je trouve ça dégradant pour les valeurs que représentent Fearless Girl et je pense qu’il y a d’autres moyens, même artistiques, pour montrer son mécontentement. Surtout qu’il est plus logique d’en vouloir à l’entreprise SSGA ou au détournement du Charging Bull, qu’à la sculpture en elle-même. Breeef.

 

Fearless Girl à Wall Street

Fearless Girl à Wall Street

 

Ce qui est drôle, c’est que dans leur grande majorité, les contestations de Fearless Girl viennent d’hommes et sont souvent plus dégradantes pour l’image de la femme que pour l’installation – contestable sur certains points – de la statue. Je vous passe les exemples de vidéos d’hommes torchés en train de faire des gestes obscènes à la fillette… #onaimelavie. Je terminerai sur cette réflexion – à méditer.
Dites moi si vous aviez entendu parler de cette statue et n’hésitez pas à laisser un commentaire. Je vous prépare un article intéressant pour vendredi ! Si vous ne voulez pas le rater – vous ne voulez pas le rater – vous pouvez vous abonner au blog ou me suivre sur les réseaux sociaux. A très vite !

Love, Lilli.

VOUS POUVEZ ME SUIVRE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

ET VOUS ABONNER EN BAS DE LA PAGE 

2017-09-10T16:27:15+00:00

Leave A Comment