In the mood for love, un film de Wong Kar-wai

 Wong-Kar-wai : comment je suis tombée amoureuse

En allant à la cérémonie de fermeture du festival Lumière à Lyon, j’ai découvert un très beau film – In the Mood for Love – et suis entrée dans le monde fascinant de Wonk Kar-wai.

 

Encore une fois grâce à mon amie Angélique – merci, again and again – j’ai assisté à la cérémonie de fermeture de la 9ème édition du festival Lumière à Lyon. Le film à l’honneur était le célébrissime In the Mood for Love que j’ai découvert à ce moment là – alors qu’on m’en avait tant parlé ! Laissez moi vous raconter un peu ce bon moment passé à la Halle Tony Garnier…

 

Une cérémonie émouvante

Je m’attendais simplement à voir le film In the Mood for Love de Wong Kar-wai, et j’ai été agréablement surprise d’assister à une véritable cérémonie de clôture d’un festival auquel je ne m’étais jamais intéressée avant. A tort.

Wong Kar-wai, à qui revient cette année le prix Lumière, était présent, ainsi que d’autres personnalités du cinéma. Si les films du réalisateur Hongkongais étaient mis à l’honneur, d’autres thématiques cinématographiques et carrières d’acteurs ont également été partagés pendant le festival. Dans le désordre : vieux western, Tilda Swinton , Christopher Doyle etc… Nous avons donc eu droit à un « résumé en images » de la semaine Lumière, ainsi qu’un bel hommage au désormais disparu, Jean Rochefort.

Après plusieurs discours et remerciements de la part du président du festival, une rétrospective de la filmographie de Wong Kar-wai a été projetée. S’en est suivi un temps de parole consacré au réalisateur : court mais juste, de beaux mots pour parler du cinéma. J’ai été émue de l’hommage qu’il a fait à sa femme, – « Ma muse » – c’est mon coté romantique mignon.

La cérémonie était très agréable, ni trop longue, ni trop courte, et intéressante en plus ! Je vous conseille d’y aller à l’occasion si vous êtes à Lyon ou de passage.

 

 

In the Mood for Love

Comment résumer ce film ? Une histoire d’amour entre deux voisins, mariés et trompés chacun de leurs cotés. C’est tout, et à la fois beaucoup. Ne vous attendez pas à une histoire clichée, encore moins à la comédie Hollywoodienne que vous regardez le dimanche soir.

C’est une très belle histoire d’amour, épurée, colorée et poétique. Étalée sur plusieurs mois, la temporalité choisie exprime toute sa beauté. On vit leur histoire au même rythme qu’eux : on la voit évoluer, on vit les moments clefs, des légers touchers de main aux minutes passées ensemble sous un parapluie. La musique rythme leurs rencontres furtives et leurs croisements de regard.

Les acteurs principaux, Tony Leung Chiu Wai et Maggie Cheung, incarnent parfaitement leurs personnages et les contraintes liées à leur milieu. Beaucoup de retenue, de réserve émotionnelle pour éviter les commérages et les réflexions. Dans un immeuble où tout le monde se côtoie et tout se sait…

 

Avis

J’’appréhendais un peu de m’attaquer à ce monument du cinéma réalisé par Wong Kar-wai, In the Mood for Love. C’est bête, mais quand un film est aussi « célèbre », j’ai toujours peur de ne pas aimer. Certains m’ont dit qu’il était génial, d’autres qu’ils s’étaient franchement ennuyés. Je l’ai trouvé génial – eh oui – tout en sachant que le rythme allait être lent. C’est ça que j’appréhendais en fait, et ça ne m’a pas du tout gênée, au contraire !

La temporalité est la caractéristique qui, pour moi, rend ce film aussi bien. On voit comment apparaît l’amour, dans les traits anodins du quotidien. Tout en douceur et en poésie.

Visuellement je crois que c’est le meilleur film que j’ai vu jusqu’à présent. Le directeur de la photographie, Christopher Doyle a eu un véritable éclair de talent – oui, ça ne se dit pas – dans In the Mood for Love. Nous sommes, pendant toute la durée du film, baignés dans une atmosphère aux couleurs tamisées. Les scènes sous la pluie sont les plus belles. Je trouve qu’elles apportent des moments d’intimité et de tranquillité aux personnages. Et non, pas de baisers sous la pluie – merci !

 

Vous l’aurez compris, si vous n’avez pas vu ce film, il est temps ! En plus il ressort – en ce moment-même – au cinéma, après s’être refait une beauté. Ne vous attendez à rien de ce que vous connaissez et plongez – vous ne serez pas déçus ! En tout cas, j’espère vous avoir donné envie d’aller découvrir le cinéma de Wong Kar-wai.
N’hésitez pas à me faire vos retours en commentaire et à vous abonner au blog ! En attendant vendredi prochain, allez lire ma précédente revue !

Love, Lilli.

VOUS POUVEZ ME SUIVRE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

ET VOUS ABONNER EN BAS DE LA PAGE 

2017-10-29T19:08:41+00:00

3 Comments

  1. Muriel 4 novembre 2017 at 18 h 53 min - Reply

    Alors, moi je suis tombée « amoureuse » de Wong Kar-Way il y a 25 ans avec son film chunking express.(avec Tony Leung !). Et la scène sur le morceau des mamas and the papas « California Dreaming » reste pour moi une scène d’anthologie! À regarder si tu peux. Et évidemment j’adore in the mood of love.

    • admin 5 novembre 2017 at 18 h 03 min - Reply

      Ouuui ! Ils ont passé une rétrospective de ses œuvres et j’avoue qu’il m’a tapé dans l’œil. Ça va être le prochain sur la liste, je vais essayer de le regarder avec Mattéo haha ! 😉

  2. Muriel 4 novembre 2017 at 18 h 54 min - Reply

    In the mood for love*

Leave A Comment