The Danish Girl par Tom Hooper

The Danish Girl

The Danish Girl – Tom Hooper

 

Ce film est mon film préféré – jusqu’au prochain. J’ai attendu longtemps avant de le voir, et je n’aurais pas du ! The Danish Girl retrace l’histoire de l’artiste peintre Einar Wegener, devenu Lili Elbe, la première personne a avoir chirurgicalement changé de sexe dans les années 1930. Au lieu de vous faire un résumé, je vous mets la bande annonce et je vous donne mon avis plus détaillé juste en dessous !

 

 

Mon avis

Personnellement, je trouve que ce film est une réussite en tout point : le choix des acteurs, les décors, et même le choix de l’histoire à raconter.

Je n’ai pas vu beaucoup de films « grands publics » qui retraçaient la vie de trans ou d’homosexuels sans trop de clichés – c’est une histoire qui ne va pas encore d’elle-même dans nos sociétés et qui peut être taboue pour certains groupes de personnes (#bientôtlesélections). Le film est d’autant plus appréciable par le choix des acteurs ; Eddie Redmayne est vraiment extraordinaire dans le rôle. Je l’aime beaucoup parce qu’il interprète à merveille des rôles différents – et difficiles, tout en gardant ses mimiques et ses expressions du visage. Je ne connaissais pas Alicia Vikander, qui joue la femme d’Einar, Gerda Gottlied, mais j’aime le rôle qu’elle incarne : une femme forte, indépendante et tolérante.

Je trouve que la manière dont Einar Wegener se découvre femme est très poétique et très bien représenté dans le film : il remplace la modèle absente de sa femme Gerda en enfilant des bas et une robe. Peu à peu c’est lui, elle plutôt, Lili, qui pose. Grâce à ses portraits, Gerda expose dans plusieurs galeries, en faisant passer Lili pour la sœur d’Einar. La transition est très fine et le « déguisement » n’est absolument pas caricaturé ; d’ailleurs Eddie Redmayne fait de Lili une très belle femme des années folles. C’est assez dérangeant de voir que les médecins que consulte Einar prennent son choix d’être une femme pour un problème grave : il lui font subir toute sorte de tests, de traitements et l’un d’eux veut même l’interner – ça en dit long sur le nombre de personnes internées… Le problème c’est qu’encore aujourd’hui, certains prennent l’homosexualité et / ou la volonté de changer de sexe comme une maladie, une honte. Laissez les vivre, please.

Ce qui m’a beaucoup plu aussi, c’est l’esthétique générale du film et l’aspect historique qui se mêlent parfaitement. Les villes sont magnifiques – Copenhague, Paris, ont de belles couleurs, et les décors du début du XXème ajoutent au charme général. On est plongé dans l’univers artistique d’après guerre, les salons, les expositions, les ateliers, et c’est un univers que j’adore. Le couple part à Paris en 1912, ville très ouverte et tolérante à cette époque : Lili peut vivre en tant que femme et Gerda en tant que lesbienne – même si Lili est encore officiellement présentée comme la sœur d’Einar.

 

 

Vous l’aurez compris, ce film à tout pour me plaire – et vous plaira aussi j’espère ! Je n’en dit pas plus de peur de vous divulgacher la fin… J’espère que cet article vous aura plu ! Si vous avez vu le film, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires, ça serait super ! On se retrouve très vite pour un nouvel article,

Love, Lilli.

VOUS POUVEZ ME SUIVRE SUR LES RESEAUX SOCIAUX : 

ET VOUS ABONNER EN BAS DE LA PAGE 

2017-11-26T20:32:11+00:00

Leave A Comment